Imprimer

Michel Nachez

Michel Nachez

Michel Nachez

Michel Nachez - Interview

Docteur en Anthropologie, informaticien, compositeur de musiques électroniques et spécialiste dans les technologies sonores permettant l'accès à des États Non Ordinaires de Conscience – ENOCs. Auteur de livres et d'articles scientifiques dans le domaine de l'Anthropologie.

Michel Nachez

equalizer - égaliseur de fréquences

Interview de Michel Nachez

De l’Anthropologie à la musique en passant par les états non ordinaires de conscience, quelle est votre démarche ?

L’Anthropologie est la science qui étudie l’homme dans toutes ses dimensions, aussi bien matérielles que psychologiques. Ma spécialité en anthropologie est l’étude des états de conscience, c'est-à-dire des états qui ouvrent à d’autres dimensions de l’être, qui favorisent le bien-être, l’amélioration de la santé et de la qualité de la vie, la créativité et l’élan.

tape emulator - émulateur de magnétophone à bandes

Vous êtes aussi informaticien et vous composez avec des ordinateurs et des synthétiseurs. N’est-ce pas en contradiction avec votre démarche d’anthropologue ?

Pas du tout. On assimile souvent les ordinateurs à des machines froides et impersonnelles et les gens qui les utilisent à des techniciens sans humour. C’est un cliché. Les ordinateurs sont aussi des instruments permettant la création et, s’ils sont bien utilisés, ils sont sources de beaucoup de choses positives. L'ordinateur est aujourd'hui capable de remplacer un studio d'enregistrement : on appelle cela un home-studio. C'est une configutation très puissante qui permet vraiment beaucoup de choses : de la prise de son initiale en passant par le mixage pour arriver au produit final, toute la chaîne de création peut se faire dans un même environnement. J’utilise bien sûr des logiciels de création musicale qui pilotent mes synthétiseurs, mais en définitive ce qui dirige les machines, c’est ma créativité. Sans l’humain, les ordinateurs ne produisent rien. De plus, les ordinateurs permettent la création de sons très particuliers et d’une grande précision, ce qui est indispensable lorsque l’on vise des effets spécifiques sur la psyché humaine, ce qui n’est pas possible par l’utilisation des instruments traditionnels. Par exemple les sons binauraux (l’Hemisync™ de Robert Monroe) ou le bruit blanc.

effet phaser

Comment en êtes-vous arrivé à composer de la musique de relaxation ?

L’anthropologie m’a enseigné que toutes les cultures humaines dites traditionnelles ont utilisé le rythme, le son, la voix et la musique pour tout ce qui est thérapeutique. La moderne musicothérapie fait de même d’ailleurs. J’ai toujours été fasciné par les sons des synthétiseurs parce qu’ils génèrent des sonorités qui peuvent aider l’esprit à se détendre, l’être humain à s’apaiser et qui permettent de décrocher du quotidien. Je les utilise donc pour induire des états de calme mental et de relaxation. D’un autre côté, mes recherches anthropologiques sur les rythmes et les sons des musiques des peuples traditionnels ont montré leur importance dans l’induction d’états de consciences particuliers. La synthèse de ces deux mondes – le technologique et le traditionnel qui semblent apparemment opposés mais sont en fait complémentaires –, m’a amené à développer des connaissances et des savoir-faire qui ont finalement aboutis à la création des musiques et des technologies sonores que vous trouvez sur ce site.

vue-mètre

Dites-nous en un peu plus...

J'ai très tôt remarqué une chose : les synthétiseurs sont capables de créer des sons qui n'existent pas dans la nature. Étrangement ces sons "parlent" au psychisme comme s'il y avait une parenté entre notre monde intérieur, notre univers onirique, les états non ordinaires de conscience et ces sons. Les synthétiseurs ont d'abord été utilisés justement pour créer ces ambiances que l'on a caractérisé de "planantes". On peut citer parmi les artistes et les groupes qui ont explorés ces dimensions musicales : Klaus Schulze, Tangerine Dream, Pink Floyd, Gong, Mike Oldfield, Jean-Michel Jarre, Hawkwind et bien d'autres... Ces premiers artistes ont influencé le mouvement New-Age qui a émergé suite au mouvement hippie des années 1960-1970 (je vous invite à lire l'excellente étude de Erica Guilane-Nachez sur la musique New Age ici). Et ce n'est pas un hasard. Ces sons dits synthétiques, s'ils sont bien utilisés, amènent l'auditeur dans un calme mental et un périple onirique qui n'est pas sans rappeler par certains côtés les quêtes et voyages chamaniques. Il y a dans tout cela un fil conducteur : la symbolique initiatique.

 

ModularV

Ci-dessus : Modular V - version virtuelle du Moog - (vue partielle)

controle et effets

Qu'est ce qui fait la particularité de la musique de relaxation ?

La musique de relaxation est spécifique et n'est pas facile à maîtriser. Deux aspects sont importants et ce sont des caractéristiques que l'on retrouve dans les musiques tratitionnelles à induction de transe : le rythme et les modulations longues. Le rythme parec que c'est lui qui "pilote" le cerveau en induisant les états de conscience recherchés. C'est dans ce contexte que l'on parle d'ondes cérébrales. Le son et les longues modulations du didjeridoo illustrent bien le second aspect. Les Aborigènes d'Australie utilisent la technique de la respiration circulaire pour jouer du didjeridoo. Ils obtiennent ainsi un son qui peut ne jamais s'arrêter et durer des heures. Pour diriger la transe, ils utilisent un stick : un petit bâton que l'on frappe en rythme. Ce sont là les ingrédients fondamentaux pour piloter les états non ordinaires de conscience. Le synthétiseur est un instrument qui permet de faire durer une note ou un accord indéfiniment. Il existe dans mes compositions des accords qui durent jusqu'à 20 minutes, voire plus. Ainsi, dans les musiques d'induction de transe modernes, on va utiliser des sons binauraux - l'hemisync de Robert Monroe - pour remplacer le stick ou le tambour et des sons de synthétiseurs pour induire les états mentaux désirés. Il faut également être très attentif aux timbres des sons du synthétiseur car certains sons peuvent induire de la tristesse ou de l'inquiétude, voire de l'angoisse, toutes choses à absolument éviter dans de la musique de relaxation qui se doit d'être toujours positive. La plupart des instruments occidentaux sont inappropriés pour faire de la musique de relaxation : le violon par exemple, bien qu'il puisse générer de longues notes, émet un son plutôt triste ; piano et guitare sèche sont des intruments à attaque, c'est-à-dire qu'il faut frapper la corde et cela provoque l'émergence brutale d'un son sur l'instrument. A éviter lorsque l'on est dans un état de relaxation profonde.

Genérateur d'HemiSync

Genérateur de sons binauraux

Ce que vous dites est étrange parce qu'il y a comme un paradoxe : les machines qui permettent d'induire des ENOCs et des instruments traditionnels occidentaux qui sont inadéquats. N'est-ce pas là une contradiction ?

Les instruments occidentaux n'ont pas été conçus pour induire la transe mais pour faire de la musique. Je l'accorde : les synthétiseurs sont aussi des instruments occidentaux créés pour faire d'abord de la musique. Mais, comme déjà évoqué, il y a eu un courant musical qui s'est démarqué pour développer la musique dite planante qui a engendré plusieurs courant. L'un d'entre eux est la musique New Age. Un autre a évolué vers la techno qui utilise d'ailleurs les mêmes ingrédients pour créer des transes de groupe dans les raves parties. Et certains DJ sont bien au fait des techniques d'induction de transe avec des sons et des rythmes spécifiques. Certains créateurs de synthétiseurs ont pour objectif de créer des instruments spécifiquement voués à l'induction d'états de relaxation. Je citerai ici Artvera avec ses deux créations : le Golden Aset et le Art Pyrite.

 

Synthétiseur virtuel Golden Aset de Artvera

Synthétiseur virtuel Golden Aset de Artvera

Art Pyrite - vue partielle

Art Pyrite - (vue partielle)

Il faut aussi noter que le créateur/programmeur de l'excellent éditeur sonore (Cool Edit Pro, aujoud'hui Adobe Audition) avait implémenté dans son logiciel une palette d'outils permettant de créer des sons pour l'induction d'états de conscience. Il existait même toute une section du manuel d'utilisation de Cool Edit Pro dévolue aux ondes cérébrales, ce que Adobe s'est empressé de supprimer lorsqu'ils ont racheté le logiciel. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les machines sont des outils de création : que ce soit les synthétiseurs (qui ne sont finalement que des ordinateurs très spécialisés) et les ordinateurs qui permettent de les piloter avec des logiciels de montage/mixage et ce que l'on appelle des séquenceurs.

ryhtme thêta : édition dans le logiciel Adobe Audition

Ci-dessus : édition d'un ryhtme thêta dans le logiciel Adobe Audition

Moog Modular V - potentiomètre de fréquence

vue-mètre

 

C'est très techique tout cela...

Faire de la musique est un art et nécessite de la technique : technique de jeu (maîtriser son instument) et technologie pour créer les morceaux. Si l'on y rajoute les connaissances nécessaires à l'induction d'état de conscience qui apportent des contraintes supplémentaires lors de l'acte de composition, cela implique beaucoup de savoir-faire et de savoirs.

 

Cakewalk Z3TA

Synthétiseur virtuel Cakewalk Z3TA - (vue partielle)

 

Vous étiez guitariste avant de jouer du synthétiseur ?

C'est tout à fait juste. J'ai touché ma première guitare à l'âge de 12 ans et c'était une guitare électrique. La guitare électrique est un instrument formidable et c'est grâce à cet instrument que j'ai commencé à travailler avec des synthétiseurs. D'ailleurs la technologie actuelle permet de piloter des synthétiseurs avec une guitare. C'est la fusion de deux mondes.

 

lazysequencer

effet phaser

 

 

© Dr Michel Nachez